L’Entre-Deux — Alfonso Femia

Chaque langue traduit ces mots d’une manière toujours différente qui ne retranscrit pas parfaitement sa signification en Français.
Je pense que seule la définition française va au-delà de ce que les autres langues évoquent ; elle souligne une notion physique et spatiale. Elle porte en elle une dimension presque sprituelle, un mélange de conditions. Enfin, et particulièrement pour moi, elle introduit l’idée de la lenteur en tournant le regard, en écoutant, en perdant du temps.

Si 500×100 introduit le dialogue comme outil de projet, l’entre-deux introduit le temps comme outil du dialogue et donc du projet. Elle cherche à transformer l’habituelle condition de la contemporanité – qui nous pousse à choisir et agir précipitamment afin de ne pas perdre de temps – en une dimension dont la nécessité est plutôt de prendre du temps lors de moments rapides et intenses.

L’entre-deux est un dialogue entre deux mots, deux personnes, deux concepts, deux esprits, deux oppositions. Ainsi, et une fois de plus, nous préférons aborder des doutes à travers des questions plutôt qu’affirmer des certitudes.
L’entre-deux, ou la manière de commencer à trouver la définition d’un périmètre de deux mots pour aller au-delà de son sens propre, chercher des termes de contamination capables de nous rapprocher de la réalité qui nous appartient.

Si la matière est le temps, la ville est un ensemble de lieux sentimentaux, de métamorphose, de rencontre(s).
6 heures
3 lieux
1 ville
2 personnes
2 mots

Des personnes qui écoutent et qui, lentement, prennent part à l’entre-deux. Du petit-déjeuner au déjeuner se construit un moment lent et sincère, un regard contemporain.

J’ai souhaité partager une réfléxion avec Roland Carta sur ce premier entre-deux.
Perception vs cognition.
Le début d’un voyage, d’un dialogue en profondeur avec un homme prêt à se confronter à la ville, à ces projets.

J’ai également invité Jean-Christophe Masson à réfléchir lors d’un second moment.
Identité vs appartenance.
Réagir sur ces deux mots, autour de la ville, des projets ou de l’habitat avec l’âme d’un homme du sud qui vit et travaille à Paris. Un homme dont l’agence agit entre intérieur et extérieur pour une nouvelle dimension de l’habitat.

Le voyage commence.

Alfonso Femia

Each language translates its own words with an always different way that does not perfectly adaptes its meaning in French.
I believe that only the French definition goes beyond what the other languages mention; it underlines a physical and spatial notion. It owns an almost intellectual dimension, a mix of conditions. Finally, and particularly for me, it introduces the idea of slowness by turning our gaze, by listening, by losing some time.

If 500×100 introduces dialog as a project tool, the entre-deux introduces time as a dialog tool and then a project tool. It seeks to transform the usual condition of contemporaneity – that pushes us to hastily choose and act in order not to lose time – in a dimension that rather requires to take time during rapid and intense moments.

The entre-deux is a dialog between two words, two people, two ideas, two souls, two oppositions. Thus, and one more time, we prefer to speak about doubts through questions rather than affirm a certainty.The entre-deux, or the way to start finding the definition of two-word perimeter to go beyond its literal meaning, to look for words of contamination able to get us close to the reality that belongs to us.
If matter is time, the city is an ensemnle of sentimental, metamorphosis, meeting place.
6 hours
3 places
1 city
2 people
2 words

People who are listening and who, slowly, enter the entre-deux. From breakfast to lunch, we build a slow and sincere moment, a contemporary look.

I wanted to share a reflection with Roland Cart for this first entre-deux.
Perception vs cognition.
The beginning of a journey, a deep dialog with a man ready to confront the city and its projects.

I also invited Jean-Christophe Masson to think during a second time.
Identity vs belonging.
To react on these two words, around the city, the projects, the housing with the soul of a man from the south who is living in Paris. A man whose architecture studio interacts between interior and exterior for a new dimension of housing.

Beginning of our journey.

Alfonso Femia

L’Entre-deux est un format de 500×100, d’après une idée d’Alfonso Femia réalisée avec Liloye Chevallereau et Giorgio Tartaro.

The Entre-deux is a format of 500×100, conceived by Alfonso Femia and hosted together with Liloye Chevallereau and Giorgio Tartaro.